Cookies 5 – Avoine

Pour une 40aine de petits cookies :

  • 200 g. de farine
  • 100 g. de flocons d’avoine
  • 100 g. de sucre blanc
  • 120 g. de sucre roux
  • 80 g. de noix de coco râpée
  • 120 g. de beurre
  • 3/4 cuillères à soupe de miel ou de Golden syrup si vous avez ça sous la mimine
  • 1/2 sachet de levure

Préchauffer le four à 165 °C (th. 5/6).

Dans un saladier, mélanger tous les ingrédients secs sauf la levure(les 5 premiers de la liste, pour ceux qui ont du mal).

Dans un petit bol, diluer la levure dans 2 cuillères à soupe d’eau chaude (ça mousse, ça gonfle, c’est fun ). Incorporer le blob obtenu au mélange sec, et ajouter aussi le miel. Puis ajouter le beurre mou coupé en petits morceaux.

Et là, les gars, va falloir touiller. Et touiller, et touiller encore jusqu’à ce que le beurre soit le mieux incorporé possible. Vous n’obtiendrez pas une pâte mais un mélange sableux, et ce, au bout de facilement 10 minutes de touillage intensif. C’est pas compliqué. Mais dieu que c’est chiant. Si vous avez un esclave ou une bonne poire sous la main qui veut vous filer un coup de main, c’est là qu’il faut déléguer.

Une fois le mélange fait, on peut essayer de tasser de petites boules de pâte et les aplatir pour les passer au four… Ou on peut adopter la méthode fâgnâsse qui consiste à tasser le mélange dans des moules à minis tartelettes (ou à défaut, dans le fond de moules à muffins). Ça fait des formes régulières, c’est plus joli et surtout c’est moins prise de chou.

On enfourne pour 15/16 minutes (avec des petites variations selon la taille des cookies), jusqu’à ce qu’ils soient bien dorés.

Ça se conserve une semaine dans une boite de fer.

Les cookies obtenus sont bien roots, d’un goût assez sobre. On peut donc facilement y ajouter des abricots secs coupés en petits dés, du zeste d’orange ou tout autre fruit sec. Perso, j’éviterais le chocolat (pour une fois !!), qui risque de couvrir le goût assez subtil de ces cookies à la texture pas subtile du tout. Parce que ça fait des miettes sa mère tout de même . Autant à la sortie du four ils sont très moelleux, autant le lendemain matin, ils sont plutôt biscuits secs.

Gâteau Choco-Coco

Pour 12 muffins ou un gâteau

  • 125 g. de beurre
  • 100 g. de sucre
  • 125 g. de noix de coco râpée
  • 50 g. de farine
  • 3 oeufs
  • 250 g. de chocolat noir

Préchauffer le four à 150 °C (th. 4/5).

Dans un saladier, travailler le sucre et le beurre mou jusqu’à obtenir une pâte homogène. Officiellement, faut y aller au fouet. Officieusement, même si je ne dédaigne pas un bon fouettage de temps en temps, c’est une chierie à travailler au fouet, ça colle, ça fait des paquets, bref, une horreur. Une cuillère et un peu d’huile de coude font largement l’affaire.

Y ajouter les oeufs puis la farine et la noix de coco. Bien mélanger, puis ajouter le chocolat fondu. Pour faire fondre le chocolat, ne pas oublier « le micro-ondes est mon ami« , les carrés de chocolat étalés sur une assiette, 1 minute grosso modo selon la puissance du bouzin, et c’est fait.

Verser le mélange dans des moules à muffins beurrés et farinés ou en silicone.

Enfourner pour 20/25 minutes (la pointe du couteau plantée au milieu d’un muffin doit ressortir sèche).

On peut aussi en faire un gros gâteau, dans ce cas, faut bien compter 40/45 minutes de cuisson( le four étant pas supra chaud, c’est assez long).

On peut démouler et servir tiède, mais froid, ça se laisse faire aussi.

Sinon, 3615MyLifeDontToutLeMondeseCarre, c’est la première recette de gâteau que j’ai faite toute seule, ça doit remonter au collège, soit *bip* ans à peu près !! Enfin, tout ça pour dire, elle a été testée un nombre assez conséquent de fois, et pour la louper, faut vraiment mettre de la mauvaise volonté ^^

Clafoutis au Nutella du Prince Banane

  • 125 g. de farine
  • 3 oeufs
  • 25 cl. de lait
  • 1 sachet de sucre vanillé
  • 400 g. de nutella (le pot juste en dessous du pot familial)
  • 4/5 bananes pas trop vertes mais pas trop mûres

Préchauffer le four à 210°C (th. 7).

Battre les oeufs, et ajouter la farine, le sucre vanillé, le nutella (en évitant de le sortir du frigo, sinon, c’est la crampe assurée) et enfin le lait en fouettant le tout énergiquement jusqu’à ce qu’il n’y ait plus le plus petit grumeau.

Dans un grand moule beurré (ou bien sûr, un moule en silicone), répartir les bananes coupées en tranches d’1 cm d’épaisseur et verser dessus la préparation au nutella.

Enfourner pour 45 minutes, ou, si vous utilisez des moules à muffins pour obtenir des clafoutis individuels, 25 minutes).

Laisser complètement refroidir avant de servir.

Je cherchais une recette de clafoutis Nutella, mais à ma grand surprise, pas moyen d’en trouver une correcte, à part quelques succédanés de flan vaguement aromatisés au délice de chez Ferrero ! C’est donc très très très motivée que j’ai expérimenté durant la journée afin d’obtenir un gâteau pour faire ronronner de joies les estomacs (spécial Chaton)

Gâteau cappuccino

Pour un très gros gâteau (10 personnes fastoche)

  • 500 g. de farine
  • 1 sachet de levure
  • 4 cuillères à soupe de café instantané
  • 250 g. de beurre
  • 400 g. de cassonade
  • 4 oeufs
  • 40 cl. de crème liquide
  • 200 g de chocolat cassé en gros morceaux

    A part, mélanger :

  • 1 sachet de cappuccino instantané
  • 100 g. de cassonade
  • 100 g. de noix hachées grossièrement dans un bol

 

Préchauffer le four th. 6 (180 ° C).

Mélanger la farine, le café instantané et la levure.
Dans un autre saladier (prévoir un grand truc), mélanger le beurre mou et la cassonade jusqu’à obtenir une crème bien homogène. Ajouter les oeufs.

Incorporer le mélange sec et la crème fraiche, puis ajouter le chocolat.

Beurrer et fariner un grand moule à gâteau (en couronne, dans l’idéal). Verser la moitié de la pâte. Recouvrir de la moitié du mélange « à part », verser le reste de pâte et finir le gâteau en le parsemant du reste du mélange cappuccino-noix-cassonade.

Hop dans le four pour 50 minutes en surveillant bien la cuisson, le dessus aura l’air cuit avant la fin, mais le gâteau étant maousse, il faut bien attendre qu’une pointe de couteau plantée au centre ressorte presque sèche.

Ca fait un gâteau d’aspect assez roots, avec un look à être servi par une tata qui pique au goûter, et faut prévoir pas mal de monde pour en venir à bout sur une soirée.

Faut aussi prévoir de la chantilly pour servir avec, y’a des tarés qu’ont peur de rien. Et accessoirement, c’est le gâteau préféré de Darling (Mâtin, quel homme), exigé à chaque anniversaire.

Ouiche Lorraine

  • 1 pâte feuilletée
  • 2 oeufs
  • 1 petit pot (20 cl.) de crème fraîche épaisse
  • 250 g. de jambon
  • 150 g. d’emmenthal râpé (ou de comté, on va pas chipoter… du râpé quoi)
  • Sel, poivre et une lampée de sauce Worcestershire

Préchauffer le four à 200 ° C (th. 7).

Étaler la pâte feuilletée dans un moule à tarte.

Dans un saladier, battre les oeufs et ajouter la crème. Ajouter le jambon coupé en petits morceaux et le râpé (en gardant une petite poignée à part). Saler, poivrer (attention, si vous mettez un ingrédient naturellement salé type bacon, ou saumon, inutile d’en rajouter).

Verser le tout dans le fond de tarte, parsemer le dessus du reste de fromage, et enfourner pour 25 minutes environ.

La ouiche doit être bien dorée et une pointe de couteau plantée au milieu doit ressortir sans « pâte » collée dessus (il ne faut pas attendre que la pointe soit sèche, sinon, vous aurez un frisbee au jambon à manger).

Bien sûr, la lorraine, c’est la base, il ne faut pas hésiter à varier ce qu’on met dedans, en gardant toujours au moins 75 g. de fromage râpé pour la texture finale. On peut aussi la faire version petit four salé dans des mini-moules en coupant bien le jambon en très petits morceaux (cf. photo). Mais sinon, saumon, poulet, bacon, épinards, coquilles saint jacques, tout fromage… Tout est bon sur cette base-là. Enfin, bon, pas « tout », une fois j’ai essayé de mettre un reste de chili dedans, pour le fun, au final on aurait dit un truc déjà mangé .

Sachant qu’une pâte feuilletée, ça se congèle très bien, et que la crème fraîche se garde quasiment un mandat de pape au frigo, c’est pas compliqué d’avoir sous la main ce qu’il faut pour se dépanner d’une ouiche digne d’une bonne auberge.

Tarte saumon-kiwi

Pour une tarte de 6 personnes:

  • 1 pâte feuilletée
  • 250/300 g de saumon fumé
  • 4 gros kiwis
  • 3 oeufs
  • 1 brique de crème liquide (20 cl).

Préchauffer le four à 180 ° C (th.6).

Précuire à blanc le fond de tarte (en piquant bien la pâte et si possible en mettant dedans des noyaux de fruits ou des haricots secs pour éviter qu’elle ne gonfle trop : et si elle gonfle quand même, la gourgandine, ne pas hésiter à lui piquer les fesses à la fourchette pour lui apprendre les bonnes manières) 10 minutes.

Sortir le fond de tarte du four et y étaler les kiwis épluchés et coupés en tranches d’1/2 cm d’épaisseur, puis le saumon coupé en lanières.

Dans un grand bol, mélanger la crème et les oeufs. Quand on fait ce type de mélange pour une tarte salée, en temps normal il ne faut pas hésiter à saler et poivrer généreusement, épicer et mettre tout ce qui passe par la tête comme herbes ou aromates. Là, à cause de la présence de saumon fumé, surtout, surtout ne pas saler !! Pour les autres p’tites choses à mettre dedans, c’est comme vous le sentez, perso, j’ai fait sobre : poivre et 3 gouttes de tabasco vert.

Verser délicatement le mélange sur la tarte en essayant de bien recouvrir tous les ingrédients et zou, au four 20/25 minutes.

Elle peut se manger tiède, mais les goûts ressortent plus si elle est servie froide.

Gâteau de crêpes

Pour un gâteau composé de pas mal de crêpes:

  • 1 l. de lait
  • 500 g. de farine
  • 6 oeufs
  • 2 cuillères à soupe d’huile ou de beurre fondu
  • 2 pincées de sel
  • 2 bons bouchons de rhum pour aromatiser (ou fleur d’oranger, ou bière, ou un autre alcool)

 

Garniture:

  • 1 gros pot de Nutella + 1 gros pot de marmelade d’orange (exemple)
    ou
  • 2 gros pots de Nutella
    ou
  • 2 gros pots de confitures au choix
    ou (soyons fous)
  • du fromage râpé, du jambon, des champignons, etc.

Mélanger tous les ingrédients pour obtenir une pâte à crêpes lisse et sans grumeaux, en fouettant bien. La laisser se remettre de ses émotions pendant 1 heure ou deux.

Préparer une poêle, ou si vous êtes équipés en appareils totalement futiles et encombrants, la crêpière.

Empiler les crêpes directement sur l’assiette dans laquelle on sert le gâteau et les garnir pendant qu’elles sont chaudes en étalant entre chaque la garniture de son choix. Le fait de les garnir chaudes permet de mieux étaler le nutella qui sinon, à tendance à ne pas se laisser faire …

Là, c’était une crêpe nutella, une crêpe marmelade d’orange, en alternance. On peut aussi choisir de ne faire qu’à un seul goût, mais le gâteau ayant déjà une consistance assez costaude, c’est plutôt intéressant de mixer les goûts. Faut prévoir un peu de temps aussi, c’est loooong à faire toutes ces crêpes !
gatcrep2

Tarte aux fruits de fâgnâsse (ou pas)

Pour une tarte aux fruits de fâgnâsse … ou pas

Mode fâgnâsse :

  • Acheter une pâte sablée toute faite.
  • Acheter une préparation pour crème patissière.
  • Acheter des fruits.

Cuire la pâte. Préparer la crème, la mettre dans le fond de tarte. Mettre les fruits. Zou.

Mode pas trop fâgnâsse 1 :

Préparer avec amour et ses 10 doigts une pâte sablée mââison:

  • 250 g. de farine
  • 125 g. de sucre
  • 1 oeuf
  • 100 g de beurre

Dans un bol, délayer l’oeuf avec le sucre. Mettre la farine sur le plan de travail, faire un puits au centre, verser le mélange sucre+ oeuf. Mélanger. Ajouter le beurre fondu. Pétrir, malaxer et autres déviances jusqu’à obtenir une pâte homogène.

Etaler, si possible sur du papier cuisson et mettre dans le plat.
Cuire 10 à 15 minutes dans un four préchauffé à 180 ° C.

Mode pas trop fâgnâsse 2 :

Préparer avec amour et une casserole une crème pâtissière mââison:

  • 1 l. de lait
  • 100 g. de farine
  • 200 g. de sucre
  • 4 jaunes d’oeufs
  • 1 gousse de vanille

Mélanger les jaunes d’oeufs avec le sucre. Mélanger au fouet jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Ajouter la farine. Ajouter un verre de lait tiède. Fouetter encore et encore.

Faire chauffer le lait en y mettant la gousse de vanille coupée en 2 dans la longueur. Quand il est bien chaud, y verser le mélange et fouetter sans arrêter jusqu’à ébullition (penser à retirer la gousse pendant le process). Laisser refroidir et verser dans le fond de tarte précuit.

Mode ultra pas fâgnasse :

Cf. photo, pasque on se mouche pas du coude, ici, môssieur

Combiner les modes pas fâgnâsse 1 et 2 en faisant tout maison, sauf les fruits.

Doudou’s mousse au chocolat

Pour une dose conséquente (on est pas là pour rigoler )

  • 8 oeufs
  • 200 g. de chocolat
  • 200 g. de sucre en poudre
  • 200 g. de beurre

Faire fondre le chocolat, ajouter les jaunes d’oeufs et le sucre.

Là, incorporer le beurre (non fondu) en petits morceaux pendant que le mélange est encore tiède et touiller bien lentement jusqu’à ce qu’il n’y ait plus un morceau de beurre (c’est ce qui va donner la texture un peu plus dense que normale à la mousse, et ce qui en fait ma recette favorite de mousse au choco).

Incorporer dééééééééélicatement les blancs montés en neige.

Verser dans des ramequins ou un grand saladier et mettre au frigo. L’idéal est de préparer ça la veille, sinon, 2/3 heures au frais devraient faire l’affaire.

Sortir 20 minutes avant de servir, histoire de pas avoir un truc TROP ferme non plus. Cette recette vient d’une voisine de mes parents, et j’ai jamais trouvé de mousse qui lui arrive à la cheville, c’est réellement une tuerie intersidérale ❤

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑