Tarte Queen Mary

1 pâte feuilletée

50 g. de confiture (j’ai pris fraise, par défaut)

50 g. de beurre

50 g. de sucre

50 g. de zestes d’orange et/ou de citrons confits

1 poignée de raisins secs (plutôt des blonds)

2 oeufs

Amandes effilées, crème fraîche en option

 

Préchauffer le four à 220°C (th. 7).

Dans une casserole, faire fondre le beurre et le sucre, avec les zestes coupés finement et les raisins. Laisser reposer, puis ajouter les 2 oeufs, préalablement battus dans un bol.

Étaler la pâte feuilletée et la tartiner avec la confiture.

Verser le mélange dessus, des amandes effilées si vous voulez et zou, au four pour 20/25 minutes. Le dessus de la tarte doit être doré et ferme.

Servir chaud ou tiède, éventuellement avec une lichette de crème fraîche.

 

Cette recette vue sur une page facebook consacrée aux Highlands, était très tentante de par sa simplicité et parce que ben l’Ecosse. Elle fut donc testée rapidement et a fait l’unanimité (sinon, elle ne serait pas postée).

La quantité d’appareil pour la tarte peut sembler légère, mais en fait grâce aux oeufs, ça gonfle suffisamment et ne ressemble pas à une biscotte améliorée. J’ai eu la main un peu lourde sur la confiote, du coup la tarte a manqué un peu de tenue à la découpe, mais vu le goût du produit final, je ne regrette RIEN.

 

 

 

 

 

 

 

Baumkuchen

Pour 8 personnes:

10 oeufs (seriously)
300 g. de pâte d’amande blonde (ou rose, mais autant éviter la verte)
10 cl. de crème liquide
170 g. de beurre mou
200 g. de sucre en poudre
1 bonne cuillère à café d’extrait de vanille
le zeste d’une orange
150 g. de farine
100 g. de maïzena
1 sachet de levure
1 pot de marmelade d’orange fine

Pour la couverture:
200 g./ de chocolat noir
50 g. de beurre
5 cl. de rhum (épicé si possible)
25 g d’amandes effilées grillées, en option

Préchauffer le four en mode grill uniquement (c’est le dessin avec juste un zig-zag en haut du carré), plutôt chaud (220°C pour moi).

Prévoir un moule à gâteau pas trop large et plutôt haut de bords, à fonds amovible si possible, le graisser et recouvrir le fond d’une feuille de papier cuisson.

Dans un grand saladier, mettre la pâte d’amandes hachée (ou passée à la râpe à fromage à gros trous), et la crème liquide petit à petit en mélangeant bien pour obtenir une pâte homogène. Ne pas utiliser la choupi spatule mimi en plastique, elle n’y résisterait pas, là il faut du matériel carcéral, minimum.

Ajouter au fur et à mesure le beurre, le sucre, les jaunes d’œufs, l’extrait de vanille, le zeste d’orange, la farine, la levure et la maïzena.

Même en changeant de bras régulièrement, le claquage guette, il est temps de monter les blancs en neige en laissant le fouet électrique faire tout le boulot, puis de les incorporer délicatement à la pâte.

Dans une petite casserole, faire tiédir la marmelade pour faciliter son étalage au pinceau.

Se prévoir une heure tranquille, et c’est parti:

Mettre une fine couche de pâte au fond du moule, mais vraiment fine, genre moins de 5 mm, et enfourner pour 4 minutes ou moins, selon votre four, jusqu’à ce que le dessus soit bien doré et souple quand on appuie le doigt dessus.

Ça vous a plu? Tant mieux, parce qu’on va refaire ça une quinzaine de fois, en mettant de temps en temps (toutes les 2/3 couches) un badigeon de marmelade d’orange. Le temps de cuisson tend à diminuer au fur et à mesure des couches puisque le dessus du gâteau se rapproche des résistances du grill.

Une fois tout bien cuit, sortir le gâteau du four, le démouler après quelques minutes de repos et préparer la couverture au chocolat en mélangeant tout dans une petite casserole à feu doux.

Laisser tiédir la couverture, car plus épaisse, elle tiendra mieux sur les cotés du gâteau, et l’étaler sur tout le gâteau. Ajouter éventuellement les amandes grillées effilées et dès que c’est suffisamment refroidi, balancer au frigo pour une nuit, car c’est carrément meilleur le lendemain de la cuisson que le soir même.

Cette recette de Jamie Oliver vient de son livre de Noël, mais on peut la retrouver en V.O. ici. Comme toujours, c’est impeccable, mais la vache, c’est sportif à préparer comme pâte, un gâteau toutes les semaines, et on finit comme le lanceur de javelot d’Asterix  , mais ça vaut les courbatures qui en résultent.

C’est très moelleux et pas étouffe-protestant du tout, contrairement à ce que le mode de cuisson et le poids en pâte d’amandes peuvent laisser craindre.

A propos de la pâte d’amandes, dans la recette originale c’est du marzipan, ce qui est un peu différent de notre pâte d’amandes à la française, du coup, il faut essayer de prendre une bonne pâte d’amandes avec un faible pourcentage de sucre… de toutes façons, il faut toujours prendre des ingrédients de qualité, sinon, à quoi bon se prendre le chou à cuisiner.

 

 

Cookies 23 – Chocolat Orange

Pour une vingtaine de cookies :

50 g. de beurre
200 g. de chocolat noir
2 œufs
1 cuillère à café d’épices à spéculoos ou de 4 épices
150 g. de sucre roux
2 oranges
75 g. de farine
1/2 cuillère à café de levure chimique (1/4 de sachet)
Préchauffer le four à 180°C (th. 6).

Dans une casserole, faire fondre doucement le beurre et le chocolat et mettre de côté.

Battre les 2 blancs en neige ferme et mettre de côté aussi.

Toujours au batteur électrique, fouetter les 2 jaunes d’œufs avec le sucre roux, le zeste des 2 oranges et 4 cuillères à soupe de jus d’orange jusqu’à obtenir un beau mélange mousseux.

Ajouter à la fourchette les épices, la farine et la levure et y allant franchement, puis le mélange choco/beurre. Passer à la spatule pour incorporer délicatement les blancs.

Faire des tas de la valeur d’une grosse cuillère à café de pâte sur une plaque à pâtisserie recouverte de papier cuisson, attention, ça s’étale un peu au posage, ça continuera au cuisage !!

Cuire pour 10 minutes, il doivent avoir l’air un peu « bulleux » (cf. photo), mais rester souple au toucher.

Laisser refroidir sur grille.

Le fait de savoir que ce n’est bientôt plus la pleine saison des agrumes m’a fait tester cette recette, à peine trouvée dans un obscur magazine anglais par ailleurs assez décevant (en fait c’est une excuse bidon, j’ai vu « orange », j’ai vu « chocolat », j’ai fait « slurp » et j’ai acheté ce qu’il fallait). Et je sais que le mélange choco-orange plait bien au bureau, donc… (ça c’était l’excuse bidon n°2, mais ils ne m’en voudront pas, j’espère) aussitôt ramenés, aussi mangés, donc je dirais qu’a priori ça se garde une semaine en boîte métal, mais que je n’en sais rien   En tout cas, ils étaient très bien, moelleux et fondants, avec un vrai bon goût d’orange. A vrai dire je ne suis pas sûre que les épices soient d’une utilité folle, je réessayerais sans et je mettrais à jour si nécessaire.

 

 

Nonnettes

Pour 12 Nonnettes :

20 cl. d’eau
200 g. de miel
125 g. de sucre
75 g. de beurre
1 cuillère à café d’arôme à l’orange (rayon aide à la pâtisserie, normalement facile à trouver, sinon, le zeste d’une orange fera l’affaire)
275 g. de farine
2 sachets de levure (ça semble beaucoup, mais vu la consistance de la pâte, il faut bien ça !)
1/2 cuillère à café de cannelle en poudre
1 cuillère à café d’épices à pain d’épices (ou de 4 épices)
De la marmelade d’orange (1/2 pot, grosso modo)

Glaçage en option:

100g. de sucre glace
10 cl. de grand marnier ou de cointreau

Dans une casserole, faire chauffer l’eau, le miel, le sucre, le beurre et l’arôme à feu moyen en remuant tout le temps, jusqu’à ce que ça commence à blobloter. Là, enlever du feu et bien remuer.

Dans un saladier, mélanger la farine, la levure et les épices, et verser dessus le contenu de la casserole encore chaud. Ça mousse, au début, c’est normal, bien mélanger et laisser refroidir.

Mettre dans des moules à muffins beurrés et farinés si pas en silicone et mettre au frigo pour une heure minimum, pour que la pâte durcisse.

Pendant ce temps, préchauffer le four à 210°C (th.7).

Enfourner pour 20 minutes, et à mi-cuisson, poser avec dextérité et une cuillère à café de la marmelade d’orange au milieu de chaque moule. Au bout des 20 minutes, les nonnettes auront englouti la marmelade, et elles auront une belle couleur dorée. J’ai essayé de mettre la marmelade avant le passage au four, comme indiqué dans la recette originale, mais ça a fini au fond du gâteau avec démoulage gloubiboulguesque, donc, on triche !!

Démouler seulement quand elles sont refroidies, et profiter du refroidissement pour préparer le glaçage en ajustant la quantité d’alcool pour avoir un truc facile à manipuler (une texture entre le chocolat fondu et le miel épais). Recouvrir les nonnettes du glaçage dès que c’est près.

C’est le genre de gâteau qu’il vaut mieux manger le lendemain, le goût ressort carrément mieux. Et le goût justement, est à tomber, comme la texture qui est 100 fois moins sèche que celle des nonnettes du commerce.

Alors oui, bon, les nonnettes, c’est carrément des gâteaux de vieux ; à côté les Roudoudous, ça évoque la cuisine moléculaire, mais bon. Si ça se fait encore, c’est bien que c’est bon (très, très bon d’ailleurs), et pis la version ici, c’est une recette de Lenôtre, ‘scusez du peu

 

 

Irish Porter Cake (avé de la Guiness)

Pour un cake de 6/8 personnes :

125 g. de beurre mou
125 g. de sucre roux
225 g. de farine
1 sachet de levure
1 cuillère à café d’épices à pain d’épices (ou de mélange « 4 épices »)
1 œuf
15 cl. de Guiness (ou d’une autre bière brune, mais irlandaise si possible, sinon, le titre ne veut plus rien dire)
1 œuf
160 g. de mélange de raisins secs, blonds z’et bruns
40 g. d’écorce d’orange confite, coupé en petits dés

Option glacage :
60 g. de sucre glace
Eau + un tout petit peu de bière si vous n’avez pas déjà sifflé le reste de la bouteille, à doser délicatement jusqu’à obtenir la consistance voulue

Préchauffer le four à 180°c (Th.6).

Mélanger tous les ingrédients dans l’ordre d’apparition, sauf l’œuf et la bière, mélangés au préalable dans un bol, et donc ajoutés ensemble, juste avant les fruits.

Verser dans un moule à cake beurre et fariné et mettre au four pour 1h30. Ça semble long … ça l’est, surtout quand on a faim, mais faut ce qu’il faut ! Au bout de 30/45 minutes de cuisson, ne pas hésiter à recouvrir le cake d’un papier d’alu, pour qu’il ne vire pas couleur charbon.

On peut démouler assez rapidement, le bestiau a de la tenue, et glacer éventuellement.

Quand même, un gâteau, avec une telle dose de bière … Fallait être irlandais pour oser !! En tout cas, ça donne un cake parfumé, avec juste une pointe d’amertume grâce à la bière, à refaire sans attendre la Saint Patrick ! (car oui, c’était ça l’excuse à deux balles pour un gâteau houblonné : la Saint Patr-hips !!) …
J’ai trouvé la recette ici, mais j’ai doublé le poids de fruits (cf. photo du dessous, ça fait pas semblant niveau garniture du coup ),  y’a plein d’autres choses très sympas à glaner sur ce site d’ailleurs.

Irish poretr cake 2

Carrés à l’orange (Bredele)

Pour 25/30 p’tits carrés (28 en fait pour moi, 7X4, tout dépend des dimensions du moule)

Pour la pâte :
350 g. de farine
1 sachet de levure
175 g. de beurre
100 g. de sucre en poudre
1 sachet de sucre vanillé
1 œuf

Pour la garniture à l’orange :
150 g. d’amandes moulues, pas en poudre (ou, pour faire avec ce qu’on trouve facilement chez Carrouf’, des amandes effilées passées au robot)
150 g. de sucre en poudre
1 orange

Pour le glaçage:
80 g. de sucre en poudre
3 cuillères à soupe de jus d’orange (mises de côté lors de la préparation de la garniture)

 

Préchauffer le four à 165°C (th. 6/7).

Dans un saladier, mettre la farine et la levure. Ajouter le beurre en petits morceaux et travailler à la main jusqu’à obtenir une pâte bien sablée. Ajouter le sucre, puis, à la fourchette, ajouter l’œuf jusqu’à obtenir une pâte « étalable ».

Au rouleau, étaler la pâte en deux rectangles de même taille. C’est certainement le truc le plus CHIANT à faire, si vous avez la place, pas d’hésitation, étaler en un grand rectangle que vous couperez en deux après.

Mettre un des rectangles sur une feuille de papier cuisson sur une plaque.

Préparer la garniture en mélangeant le sucre, les amandes, le zeste et le jus (moins 3 cuillères à soupe) de l’orange. Étaler la dite garniture, qui doit être un peu humide et collante (no comment, plize) sur le premier rectangle de pâte en laissant 1/2 cm de vide aux bords.

Recouvrir du deuxième rectangle. Faut pas se gourer, une fois posé, on le bouge plus, le bougre !

Appuyer sur les bords pour souder, piquer tout le dessus à la fourchette et zou, au four pour 20 minutes.

Pendant que ça cuit, mélanger le sucre glace avec le jus d’orange.

Dès la sortie du four, badigeonner au pinceau le dessus du gâteau avec le glaçage. S’il n’est pas assez liquide pour être étalé comme il faut, rajouter un peu d’eau, cuillère par cuillère, mais attention,ça doit faire un sirop bien épais tout de même.

Couper en rectangles et laisser refroidir, sans déplacer les rectangles, sinon, c’est fracassage assuré.

Ça ne se déplace (et ça ne se mange) qu’une fois parfaitement refroidi !

Perso, j’ai sacrifié les bords du gâteau à la découpe, histoire d’être équitable dans la répartition d’orange, heureusement, j’ai eu des volontaires pour engloutir les chutes !!

J’avoue que c’est un peu plus galère que les recettes habituelles, mais hey !! C’est des trucs de Noël, hein …

Cookies 10 – Marsala

Pour une quinzaine de cookies :

175 g. de farine
1 sachet de levure chimique
1 bonne cuillère à café de cannelle moulue
1 cuillère à café de sel
1 œuf (+ 1 jaune pour dorer les cookies)
80 ml. de marsala
75 g. d’amandes entières
75 g. d’écorces d’orange confite
125 g. de chocolat noir
3 cuillères à soupe de miel

Mélanger la farine, la levure, la cannelle et le sel.

Dans un bol à part, mélanger l’œuf et le marsala à la fourchette, puis rajouter le tout au mélange du dessus.

Ajouter les amandes préalablement grillées à sec à la poêle et hachées grossièrement (coupées en deux, autrement dit, ça fait l’affaire), les écorces d’orange coupées en petit dés et le chocolat coupé en pépites. Finir en ajoutant le miel.

Rouler la pâte (attention, elle est un brin collante) dans un papier d’alu et la mettre au frigo minimum 1 heure pour que la pâte durcisse un peu.

Préchauffer le four à 120°c (th.3/4).

Découper dans le rouleau de pâte des tranches assez épaisses (1 cm ou un peu plus), les placer sur une feuille de papier cuisson et les dorer avec le jaune d’œuf, battu avec quelques cuillères d’eau. Pas la peine de les espacer trop, ça ne s’étale pas du tout en cuisant.

Au four, mais attention, y’a une petite complication par rapport à d’habitude. On cuit 20 minutes à four doux, puis, sans ouvrir la porte du four bien sûr, on monte la température à 180°c (th.6) pour encore 10 minutes, histoire qu’ils soient bien dorés. Du coup, avant de mettre la fournée suivante au four, mieux vaut le laisser un peu ouvert (et éteint!) pour qu’il puisse redescendre à 120°C.

 

 

 

Gâteau moelleux à l’orange

  • 3 oranges
  • 175 g de farine
  • 150 g de sucre en poudre
  • 100 g de beurre
  • 3 oeufs
  • 85 g de sucre glace
  • 1/2 paquet de levure

Préchauffer le four à 165 °C (th. 5/6).

Mélanger le beurre mou au sucre jusqu’à obtenir une pâte homogène.

Ajouter les oeufs, puis la farine et la levure.

Râper les zestes des 3 oranges et les ajouter au mélange, avec le jus d’une seule orange (on garde le jus des 2 autres pour faire un sirop plus tard).

Une fois le mélange bien homogène, on verse dans un moule à cake, et zou, au four pour 40 minutes (le gâteau doit être bien doré).

A peu près 10 minutes avant la fin de la cuisson, faire chauffer le jus des oranges restantes avec le sucre glace dans une casserole en remuant constamment jusqu’à ébullition, puis mettre de coté le sirop obtenu.

Dès que le gâteau est sorti du four, piquer le dessus avec un cure-dents puis verser le sirop délicatement pour bien imbiber la bête.

On peut le servir tiède ou froid, mais surtout, il faut attendre avant de démouler que le sirop soit bien réparti dans le gâteau et qu’il ne soit plus que tiède, sinon, ça risque de finir en purée infâme !

Comme à chaque fois avec des agrumes, on peut varier, là par exemple, j’ai utilisé 2 grosses mandarines et une orange. Et il ne faut pas hésiter à jouer sur la dose de sucre selon le goût désiré, on peut mettre jusqu’à 150 g, si on a vraiment un bec sucré !

Tarte à l’orange

  • 1 pâte brisée
  • 200 g. de beurre
  • zeste d’une orange
  • 300 g de sucre glace
  • 4 oeufs
  • 6 jaunes d’oeufs
  • 30 g. maïzena
  • 14 cl. de jus d’orange

Préchauffer le four à 180 ° C / th. 7

Cuire la pâte à blanc (c’est à dire vide) 25 minutes (elle doit être dorée). Avant d’enfourner, recouvrir l’intérieur de la pâte soit de noyaux d’abricots, soit de haricots secs ou de riz, afin que la pâte ne gonfle pas à la cuisson.

Faire fondre le beurre à la poêle. Ajouter le zeste , retirer du feu et laisser refroidir. Pour faire le zeste, si vous n’avez pas de zesteur (haaan pas bien), vous pouvez prendre une râpe à fromages, côté gros trous.

Dans une casserole, fouetter les oeufs entiers, les jaunes et le sucre jusqu’à obtenir un mélange homogène et mousseux. Ajouter la maïzena et le jus d’orange. Puis mettre à feu moyen, ajouter le beurre fondu et le zeste. Monter jusqu’à feu vif et remuer constamment jusqu’à ébullition (ça prend à peu près 5 minutes). Retirer du feu et laisser refroidir. Puis mettre au frigo jusqu’à ce que le mélange soit bien ferme, idéalement, la veille.

Avant d’étaler le mélange dans le fond de tarte précuit, fouetter à nouveau, non pas par fétichisme déplacé, mais pour obtenir un mélange bien homogène et plus facile à étaler.

La tarte peut être servie telle quelle, mais le plus, c’est de soupoudrer dessus une ou deux cuillères de sucre et de la repasser 5 minutes sous le grill du four à fond les manettes pour caraméliser le dessus. Ou de cramer le dessus de la tarte avec un bec Butagaz. Ce qui est hautement plus jouissif

Ça se sert trèèèèèèès frais ! Et c’est trèèèèèèès bon !

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑