One Pot Pasta

Pour 3/4 personnes :

350 g. de spaghettis
350 g. de tomates cerises ou grappes
5 gousses d’ail
1 oignon
2 branches de basilic
1 cuillère à soupe de baies roses
Sel, poivre
Huile d’olive, Worcestershire
1.125 l. d’eau (je sais, c’est pas rond, à la base la mesure est en cup)
1 bouillon cube
Parmesan

Dans une grande gamelle (ou une sauteuse, si on veut faire classe), mettre les spaghettis, les tomates coupées en 2 ou 4 selon la taille, l’ail, l’oignon et le basilic émincés, les baies écrasées, l’huile d’olive, la Worcester, le bouillon cube, le sel, le poivre puis recouvrir avec l’eau.

Monter le tout à l’ébullition et laisser cuire 9 à 12 minutes à feu vif en remuant régulièrement.

C’est cuit quand l’eau est presque complètement absorbée et que les pâtes sont al dente. Ajouter le parmesan et servir de suite.

C’est une recette que j’avais perdue et retrouvée, et qui date de 2015. Qui en 2020 parle encore des One Pot Pasta ?  Les gens qui servent encore des verrines à l’apéro ? Tssssss…

Il n’empêche que là, on parle de pâtes, l’un des éléments de la grande trinité culinaire que vénère Darling, et que fuck, ça avait l’air bien bon quand même. Rangeant donc mes a priori et ma morgue dans un coin, j’ai tenté l’affaire en partant d’une compil de recettes … Rahh nooon, c’est pire que tout, en fait ça date de 2014, raah la loooooose. Bref, c’est très bon, c’est très très bon, c’est vite fait, y’a pas de vaisselle, on peut varier les garnitures .. Y’a rien à redire !

 

 

Glace au Nutella

Pour grosso modo  1 l. de glace

1 pot de 400 g. de Nutella

1 pot de 420 g. de lait concentré non sucré

1 briquette de crème fraîche liquide

 

Dans une casserole à feu tout doux, faire tiédir le lait, et y ajouter la crème et le Nutella petit à petit en remuant constamment. Ça se fait quiquille à la cuillère, pas la peine de sortir l’artillerie lourde.

Une fois le mélange bien refroidi, mettre en sorbetière 30 minutes. Perso, elle n’a pas « pris » comme les autres glaces (avec le volume qui augmente et la texture de crème), mais elle s’est très bien comporté à la congélation, donc 1:pas de panique, 2 : ça doit passer sans sorbetière.

 

J’ai un peu adapté la recette filée avec la sorbetière car les quantités ne collaient pas avec les pots. Quelle idée de demander 500 g de lait concentré non sucré, les pots font 420 g. ! Sérieusement… Idem, pour le Nutella, même si bon, là, un pot entamé a peu de chances de s’éterniser :D. Bref, une règle de trois plus tard et un ajustement à la crème fraîche (décidément mon groupe alimentaire préféré), c’était plié !

Ne vous fiez pas à la pâleur du produit, il est foutrement goûtu ❤

 

 

Glace aux bananes rôties

Pour 1 l. de glace

3 bananes bien mûres

20g. de beurre

75 g. de sucre roux

20 cl.de crème fraîche liquide

17.5 cl. de lait

1 cuillère à soupe de sucre

1 cuillère à café d’extrait de vanille

2 cuillères à café de jus de citron

1/2 cuillère à café de sel

1 maousse cuillère à café de confit (ou de confiture) de rhum

 

Préchauffer le four à 180°C (th.6).

Dans un plat à four (idéalement un moule à bord haut type soufflé), découper les bananes en tronçons, et les mélanger avec le sucre roux et le beurre.

Faire cuire 30 minutes en remuant à mi-cuisson.

Laisser refroidir pépouze.

Une fois le mélange refroidi, si vous avez pris un moule haut, changez rien, sinon, transvaser les bananes avec leur jus dans un grand saladier.

Ajouter le reste des ingrédients (crème, lait, sucre, vanille, citron, sel et rhum) et passer le tout au mixeur plongeant (ou dans un robot mixeur, à défaut). Une fois tout bien réduit en purée, mettre à turbiner en sorbetière (25 minutes), puis en Tupperware au congélo avant de déguster.

 

Cette recette (très peu retouchée, j’ai surtout ajouté le confit de rhum) vient du bouquin The perfect Scoop, de David Leibovitz, un garçon hautement fréquentable culinairement parlant. Elle est eeeeeeextrèmement goûtue, on dirait un peu une banane flambée en glace ❤

Il me fallait un truc aux fruits, léger, pour rattraper la Raclette de ce midi, une petite glace, ça passe toujours bien !

Quoi ?!

 

 

 

 

 

 

Glace au thé vert (matcha)

Pour grosso modo 1 l. de glace

40 cl de crème fraîche liquide (15 %)

50 g. de sucre en poudre

3 jaunes d’oeufs

25 cl. de lait

3 cuillères à soupe de matcha (thé vert en poudre)

 

Dans un premier saladier, mélanger au batteur électrique la crème, le sucre et les jaunes d’œufs.

Dans un second, mélanger toujours au batteur électrique le lait et le thé en poudre (il ne doit pas rester un grumeau, d’où l’utilisation du batteur et pas d’un fouet manuel).

Mélanger les 2 mélanges, au batteur, après tout tant qu’il est sorti du placard autant qu’il serve!

Zou on turbine 40 minutes et zou dans un Tupperware et zou au congélo.

 

A priori, on peut le faire sans sorbetière, en allant remuer le mélanger à H+1, H+2 et genre H+4 dans le congélo. Mais sérieusement si vous aimez les glaces (et qu’il vous reste un peu de place dans les placards, mmfff), une sorbetière c’est un très bon achat, très vite rentabilisé. Surtout quand on est nostalgique du Japon (et de la cuisine, bon sang de bonsoir, qu’est-ce qu’on mange biiiiiieeeennn au Japon), parce que la glace au thé vert très peu sucrée et toute onctueuse comme là-bas, dans le commerce j’en ai pas encore trouvé !

Glace simplissime au café

Pour à peu près 1 l de crème glacée :

3 briquettes de 20 cl de crème fraîche liquide (ou 60 cl. de crème fleurette)

1 boite de 400 g de lait concentré sucré (conservé au frigo)

2 cuillères à soupe d’extrait de café

 

Dans un saladier (si possible ayant séjourné un peu au frigo ou au congélo), monter au batteur électrique la crème en chantilly ferme. Toujours au batteur, ajouter petit à petit le lait concentré sucré, puis le café.

Verser en sorbetière pour 20/30 minutes, c’est mangeable à la sortie en version gelatto, et sinon, dans un Tupperware et au congélo.

J’ai trouvé la base de cette recette sur le net il y a déjà quelques années et j’en fais régulièrement, au café, à la vanille (2 cuillères à soupe d’extrait), au chocolat (70 g de cacao en poudre)… C’est hyper simple (pas de crème pâtissière à faire la veille!). Ca peut se faire sans sorbetière a priori (forcément étant équipée, j’ai jamais testé). On peut aussi utiliser du lait concentré non sucré et doser sa sucritude avec du sucre glace (c’est que je fais parfois pour le café). Bref ça se décline très bien, c’est facile, c’est bon, ça a toute sa place ici ^^

 

 

 

Riz en rouge de Tambouille

Pour 2 personnes

1 verre (20 cl.) de riz

1 verre et demi (30 cl.) d’eau

400 g. de coulis de tomates (1 grosse briquette ou 2 petites)

1 gros oignon émincé

1/2 chorizo coupé en tranches, doux ou piquant, c’est vous qui voyez

Sel, poivre, en option Worcestershire ou Tabasco

Dans le rice-cooker, mettre tous les ingrédients (en ayant soin de mettre le coulis, mais pas la briquette elle-même, hein).

Mélanger.

Appuyer sur le bouton « cuisson ». Quand ça fait « clac » et que ça passe sur « garder au chaud », ben c’est prêt.

(Ça doit pouvoir se décliner dans une sauteuse avec couvercle, en cas de pénurie de rice-cooker)

Cette recette je la fait depuis des années, elle vient de feu le site Tambouille.fr que je kiffait. Hier, j’ai voulu aller faire un tour dessus et j’ai vu qu’il était fermé, du coup, je me met ici leur recette (qui vous trouverez facilement en version originale dessinée sur Pinterest). Et vous verrez que dans la recette originale, il y a aussi 1/2 poivron. Mais j’aime pas les poivrons, déso pas déso.

Heureusement pour la postérité, les 2 autrices du blog ont publié un livre en 2008 (clic), que l’on trouve facilement en occasion, je vous le conseille très fortement. Et comme j’aimais vraiment bien le style du blog, j’ai cherché (et trouvé) ce qu’elles faisaient maintenant : elles ont un chouette site de kits couture/tricot/crochet !! https://www.chouettekit.fr/

Normandiflette

Pour un petit plat léger comme tout pour 4 !

8/10 pommes de terre à gratin selon leur taille

2/3 oignons

1 bon claquos (AOC tant qu’à faire)

1 pot de 20 cl de crème fraîche

150 de jambon coupé en allumettes ou en dés

Une chouille de beurre, sel, poivre et sauce Worcestersire

 

Précuire les pommes de terre entières (20 minutes à l’eau, 10 minutes en cocotte minute)

Préchauffer le four à 180°C (Th.6)

Pendant ce temps, faire dorer dans une poêle les oignons émincés dans la chouille de beurre ; une fois qu’ils sont translucides, ajouter le jambon, la crème, saler, poivrer et worcestershiriser et laisser blobloter jusqu’à ce que les patates (et non les carottes) soient cuites (5/10 minutes logiquement).

Dans un plat à gratin, couper les pommes de terre en rondelles épaisses, verser dessus la crème garnie et disposer le camembert coupé en 2 dans l’épaisseur et recoupé si nécessaire pour couvrir le dessus du plat au maximum.

Enfourner pour 30 minutes et servir chaud, attention, la crème et le camembert se seront répandus dans tout le plat, prévoir une cuillère pour retapisser les parts au moment de servir.

C’est goûtu, c’est vite fait, ça sent bon, c’est régional, tout que du bonheur.

 

 

 

 

 

Tarte Poireauquefort

Pour une tarte de 4/6 parts

1 pâte feuilletée

3 petits ou 2 grands blancs de poireaux

50 g de beurre

1 cuillère à café de thym

100 g de Roquefort

2 oeufs

20 cl de crème fraîche (1 petit pot)

Sel, poivre et sauce Worcestershire

 

Préchauffer le four à 180° (th.6).

Émincer finement les poireaux et les passer à la poêle avec le beurre et le thym à feu doux.

Cuire à blanc la pâte feuilletée (dans un moule à tarte beurré et fariné, avec des noyaux d’abricots ou autre truc sec pour éviter la transformation en Zeppelin), une quinzaine de minutes, pendant que les poireaux cuisent gentiment.

Dans un bol, mélanger les œufs, la crème, saler, poivrer et Worcestershirer.

Étaler les poireaux dans le fond de tarte, disposer dessus le Roquefort émietté et recouvrir de la préparation aux oeufs.

Cuire 20/25 minutes jusqu’à ce que le dessus soit ferme et coloré.

Ca sent plus que ça ne goûte, donc il ne faut pas s’inquiéter si ça refoule à la sortie du four!

Une bonne recette rapide à faire et qui change un peu de la quiche, chopée dans un bouquin de recette de Fortnum et Mason qui à la base se fait avec du Stilton. Alors bon, j’aime bien le Stilton, mais le Roquefort… voilà quoi.

Pain de lotte façon Danielle

Pour 8 belles parts, 10 mouif et 12 si vous êtes une pince

1 kilo de lotte

1 boîte de 440 g. de double concentré de tomates

5 oeufs

Jus de 3 citrons

Sel, poivre

 

Préchauffer le four à 180°C  (Th. 6) .

Blanchir la lotte avec le jus des citrons (en 10/15 minutes, c’est bon). Bien l’essuyer, tamponner avec du sopalin pour enlever le jus de citron, puis la hacher pas menu ou la couper finement au couteau.

Mélanger les œufs et le concentré de tomates, saler, poivrer.

Dans un moule à cake recouvert à l’intérieur de papier d’alu ou de papier cuisson, étaler 1 premier cm de mélange tomaté, puis mettre une couche de lotte, puis tomate, etc et finir par la tomate. Ca fait grosso modo tomate-lotte-tomate-lotte-tomate, ce qui est plus difficile à dire rapidement qu’à faire.

Mettre au four pour 55/60 minutes, le dessus doit être bien cuit et cracouiller sur les bords et une piqué plantée au milieu doit ressortir sèche.

Laisser refroidir et mettre au frigo jusqu’au moment de servir.

Préparer pendant ce temps une mayo bien moutardée, customisée d’un blanc monté en neige, d’un trait de vinaigre et de ciboulette hachée.

Cette recette de belle-môman fait pétiller les yeux de son fiston depuis qu’il est haut comme 3 citrouilles, et elle a bien voulu me le passer et que je la publie. On a certes vu plus économique et j’avoue que je ne sais pas si on peut remplacer la lotte par un autre poisson. Si quelqu’un a une idée, je suis preneuse, pour en faire plus qu’une  fois par an ! Ça fait en tout cas une très bonne recette de fête, il y a peu d’ingrédients à avoir, c’est simple à faire et c’est délicieux !

 

 

 

Tarte Queen Mary

1 pâte feuilletée

50 g. de confiture (j’ai pris fraise, par défaut)

50 g. de beurre

50 g. de sucre

50 g. de zestes d’orange et/ou de citrons confits

1 poignée de raisins secs (plutôt des blonds)

2 oeufs

Amandes effilées, crème fraîche en option

 

Préchauffer le four à 220°C (th. 7).

Dans une casserole, faire fondre le beurre et le sucre, avec les zestes coupés finement et les raisins. Laisser reposer, puis ajouter les 2 oeufs, préalablement battus dans un bol.

Étaler la pâte feuilletée et la tartiner avec la confiture.

Verser le mélange dessus, des amandes effilées si vous voulez et zou, au four pour 20/25 minutes. Le dessus de la tarte doit être doré et ferme.

Servir chaud ou tiède, éventuellement avec une lichette de crème fraîche.

 

Cette recette vue sur une page facebook consacrée aux Highlands, était très tentante de par sa simplicité et parce que ben l’Ecosse. Elle fut donc testée rapidement et a fait l’unanimité (sinon, elle ne serait pas postée).

La quantité d’appareil pour la tarte peut sembler légère, mais en fait grâce aux oeufs, ça gonfle suffisamment et ne ressemble pas à une biscotte améliorée. J’ai eu la main un peu lourde sur la confiote, du coup la tarte a manqué un peu de tenue à la découpe, mais vu le goût du produit final, je ne regrette RIEN.

 

 

 

 

 

 

 

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑