Ragoût de mignon bébé mouton

Pour 4 personnes (je sais, vu le poids total, ça étonne… mais vous savez, moi aussi, ils me font peur )

1 kg. de gigot d’agneau ou d’épaule (désossé et coupé en petits bouts)
250 g. de bacon fumé haché (ou du jambon de pays)
2 gros oignons doux émincés
100 g. de petits oignons au vinaigre, rincés et égouttés (ça se trouve au rayon des cornichons)
10 cl. de vin blanc
150 g. de pruneaux (coupés en deux)
1 bâton de cannelle (ou une cuillère à café de cannelle en poudre)
1 cuillère à café de gingembre râpé
50 cl. de bouillon d’agneau (dans l’idéal, sinon, bouillon Kub Or, le bouillon qu’il est trop fort !)
Sel, poivre, sucre en poudre, huile d’olive

Dans une cocotte, faire dorer les morceaux d’agneau salés et poivrés dans 2/3 cuillères à soupe d’huile, pendant 3/4 minutes.

Les retirer, les mettre de côté et balancer allègrement le bacon haché dans 2 cuillères d’huile supplémentaires (et dans la cocotte).

Bien remuer et laisser dorer 3/4 minutes aussi. Là, ajouter les oignons, laisser cuire en remuant 4/6 minutes, remettre un peu de sel et de poivre, une petite cuillère de sucre en poudre et remuer encore 2 minutes jusqu’à ce que ça caramélise un peu.

Déglacer avec le vin blanc et remuer en raclant bien le fond de la cocotte avec une cuillère en bois (c’est là qu’il se planque le goût ! Collé dans la cocotte ! Le fourbe!!).

Laisser bouillonner jusqu’à ce que le jus soit épais, et balancer le gingembre, la cannelle, la moitié des pruneaux et le bouillon … et bien sûr la viande . Bien touiller, et dès que ça rebout, couvrir et laisser mijoter à feu doux 1 heure en allant y mettre 2/3 coups de cuillère de temps en temps. Retirer le bâton de cannelle, ajouter le reste des pruneaux et laisser remijoter encore 30 minutes.

Ça se sert bien chaud, comme tout ragoût qui se respecte, par exemple avec des pommes de terre cuites à l’eau et écrasées à la fourchette avec juste un minuscule chouïa de beurre. (C’est à dire 50 g. pour 500 g. de pommes de terre. J’ai une notion du chouïa qui est toute personnelle).

Perso, je kiffe les plats mijotés, que je rassemble sous le doux nom de Râgougnasses, ça peut se préparer à l’avance, c’est goûtu et ça fait du bien par où ça passe. Là, par exemple, j’ai fait la recette et la première moitié de cuisson la veille, pour juste finir avec 45 minutes de cuisson le lendemain. Soooo pratique pour faire l’entrée et le dessert sans speeder en rentrant du boulot. En plus, si les invités sont coincés dans les bouchons, ça supporte 10/15 minutes de cuisson douce en plus . La recette de base est de Gordon Ramsay (oui, j’le kiffe, j’avoue ), un peu modifiée, sinon c’est pas drôle.

Un petit conseil, il vaut mieux émincer les oignons, hacher le bacon, couper les pruneaux et préparer le bouillon avant de s’y mettre, car même s’il y a des petits temps de pause, mine de rien, ça enchaîne pas mal une fois qu’on est lancé, alors autant pas se prendre la tête

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :